Fin du questionnaire de santé pour le Crédit Mutuel : les dessous d’un coup de communication

Gaëlle Lavaud
Community Manager

Ce mardi 9 novembre, l’information était partout. Le Groupe CIC-Crédit Mutuel annonce la fin du questionnaire de santé pour l'assurance emprunteur des nouveaux prêts immobiliers souscrits.

Difficile de manquer l’information, car le président du groupe Nicolas Théry et son directeur général Daniel Baal étaient de toutes les interviews.

Chez Wedou, nous avons eu envie de regarder de plus près cet effet d’annonce savamment orchestré et de vous informer des dessous de ce coup de communication.

Pas pour tous les projets

L’annonce est simple, cela concerne l’acquisition en résidence principale uniquement. Donc seulement les prêts immobiliers. Oubliez tous les prêts à la consommation comme les financements automobiles, prêts étudiants ou restructurations. Ces prêts-ci engagent pourtant moins d’argent, sur des durées plus courtes. Le risque est donc moins élevé, mais il est vrai que ces types de crédit sont plus largement distribués que les prêts immobiliers, dont les conditions d’accès viennent de se durcir en termes de durée et de taux d’endettement.

La limite annoncée est de 500 000 € par emprunteur. Si le couple qui investit choisit une quotité d’assurance à 50 % chacun, le prêt maximum est d’un million d’euros. Selon monsieur Théry, ces montants représentent près de 97 % des opérations immobilières financées.

Exit donc les résidences locatives, secondaires ou programmes de défiscalisations.

Pas pour tout le monde

N’importe qui ne peut avoir accès à ce bon plan et c’est qui nous fait grincer des dents chez Wedou.

Il ne sert à rien de pousser la porte d’une agence du réseau CIC ou Crédit Mutuel, et demander une simulation pour l’acquisition de votre futur chez vous !

Les seuls à avoir accès à ces super conditions sont les clients fidèles, autrement dit ceux ayant un compte avec leurs revenus principaux domiciliés depuis plus de 7 ans… Il n'y a plus, en effet, de sélection par la santé, mais bien par la qualité du dossier et des revenus.

L'injustice est simplement déplacée.

On peut d'ailleurs légitimement se poser la question si une interruption de salaire, sur cette période de 7 ans, de plusieurs mois suite à un problème de santé, ne changerait-elle pas les conditions d'accès à cette assurance emprunteur sans questionnaire de santé ? En effet, les conseillers voient les fonctionnements des comptes et sont capables  d'interpréter les mouvements. Et si les revenus sont remplacés par des remboursements CPAM ou de la prévoyance santé, ils seront informés de l'état de santé de leur client sans avoir besoin de réaliser de questionnaire médical poussé. Difficile de croire qu'ils feront abstraction de l'information, lors du montage du prêt immobilier ou de la signature de l'assurance emprunteur !

En terme clair, la suppression du questionnaire de santé est une récompense à la fidélité de leur client. La lutte contre les inégalités, mais uniquement pour leurs adhérents. C’est moins beau, que ce qui nous est présenté !

Donc si vous venez de terminer votre période d’essai, votre CDI fraîchement validé, et non client de leur réseau, ne vous fatiguez pas à essayer d’obtenir l’assurance emprunteur sans questionnaire de santé. Vous n’êtes pas concerné.

Une déclaration à remplir

Attention, il y a quand même une formalité à passer. Sur le plateau de RTL, le directeur général, monsieur Baal, expliquait que leur client devait remplir une déclaration avec la demande de prêt. Mentionnant, l’âge, l’activité professionnelle et s’il est fumeur ou non.

L’âge c’est pour la limite des 62 ans, impossible de souscrire à l'assurance emprunteur sans questionnaire de santé passé cet âge. L’activité est pour prendre en compte les risques liés à la profession, un policier ne sera pas sur la même grille tarifaire qu’un comptable. Être fumeur étant un facteur de risque important, cela sera également un élément pour décider du prix à appliquer.

En clair

Oui, c’est un pas en direction de la transparence et la simplification de l’adhésion à l’assurance emprunteur. Leur client ayant des prêts immobiliers avec des surprimes se les verront enlever à compter du 1er décembre.

Mais cet incroyable bouleversement dans le monde de l’assurance emprunteur ne concerne qu’une infime partie des futurs acquéreurs de leur résidence principale. Un gros coup de communication donc, pour dire simplement que leurs bons clients seront dorénavant récompensés pour le bon fonctionnement de leur compte.  On est loin d’un changement des mentalités comme nous en attendons chez Wedou depuis plusieurs années pour l'assemble des bénéficiaires des contrats d'assurance de prêts. Et bien sûr nous ne vous parlons pas de uniquement de prêt immobilier, mais bien de l'ensemble des prêts faits aux particuliers ou aux professionnels.

Mon économie →

Besoin d'aide ?

Nous sommes là pour vous accompagner à chaque étape. À vous de décider comment et quand !

Démarrer une conversation

Chatter avec un conseiller

Prendre rendez-vous

Planifier un rendez-vous