Changer d'assurance emprunteur fait vraiment grimper le pouvoir d'achat.

L'assurance de prêt est un gisement de pouvoir d'achat

La presse s'est fait largement l'écho de l'étude de l'OFCE qui anticipe une augmentation jugée très forte du pouvoir d'achat. Mais derrière cette progression sensible mais coûteuse se cachent des opportunités bien plus efficaces pour améliorer le pouvoir d'achat des ménages.

Une progression du pouvoir d’achat est annoncée pour 2019

L'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a calculé que les mesures sociales de la Loi d’Urgences (prime d’activité, défiscalisation des heures supplémentaires, baisse de la CSG pour certains retraités, annulation de la hausse de la taxe carbone) vont faire croître le pouvoir d’achat de 440 € par ménage. Ce montant atteindrait même 850 € grâce aux primes exceptionnelles défiscalisées versées par les entreprises.

Selon l’Observatoire il s’agirait de la plus forte progression depuis 12 ans.

Cette progression, dont la presse a souligné l'importance,aura un impact très sensible sur la croissance économique française. On ne peut que s’en féliciter.

Pouvoir d’achat et assurance emprunteur

Mais ces chiffres doivent être mis en perspective :

Changer d'assurance emprunteur pour un contrat au juste prix fait grimper le pouvoir d'achat des ménages emprunteurs de 400 € par an en moyenne et ce, sans aucun coût supplémentaire pour le contribuable et les finances publiques.

La comparaison avec les 440 € de progression de pouvoir d’achat, pour 2019 seulement, pour lesquels le budget de l'état a été amputé de 11 milliards laisse rêveur.

En réalité, changer d’assurance de prêt a un impact 10 fois plus élevé sur le pouvoir d’achat des ménages que l’ensemble du dispositif de la loi du 24 décembre 2018 portant mesure d'urgences économiques et sociales!

Pourquoi les dispositifs Hamon et Bourquin restent si mal connus

Ces chiffres donnent le vertige, la généralisation changement d’assurance emprunteur aurait un impact colossal sur le pouvoir d’achat avec un coût nul pour le budget et pourtant ...

Bien que facilités par la loi Hamon et l'amendement Bourquin, les changements par substitution demeurent marginaux et 8 emprunteurs sur 10 restent avec l'assurance de prêt de leur banque comme si la concurrence n'existait pas.

On comprend mal pourquoi les pouvoirs publics sont si discrets sur l'ouverture à la concurrence tant attendue de l'assurance emprunteur.

On comprend mal aussi pourquoi certaines pratiques anticoncurrentielles des banques pour résister aux demandes de changements d’assureur sont si peu réprimées ou rendues publiques. En ce sens, les annonces du sénateur Bourquin pour une loi instaurant le "name and shame" des pratiques anticoncurrentielles des banques sont les bienvenues.

On comprend mal enfin pourquoi le gouvernement restreint encore la concurrence en introduisant depuis le 1er janvier 2019 une taxe qui frappe les changements de contrats d’assurance de prêt réalisés dans le cadre de la loi Bourquin.

A présent que vous avez lu ces lignes, plus rien ne vous empêche d’augmenter votre pouvoir d’achat en changeant d’assurance de prêt

Wedou

Calculer mon économie